• Festival Hybrides 7 • DU 13 AU 28 MARS 2015

    Stranger

    Emke Idema

    Vendredi 13 mars 19h00 Domaine d'O / Théâtre d'O / Studio Gabriel Monnet
    Samedi 14 mars 19h00 Domaine d'O / Théâtre d'O / Studio Gabriel Monnet
    Lire
  • Festival Hybrides 7 • DU 13 AU 28 MARS 2015

    L’Art du Théâtre

    Adesso e sempre / Pascal Rambert, Julien Bouffier

    Lundi 23 mars 21h00 Maison pour tous Voltaire
    Mardi 24 mars 19h00 Maison pour tous Voltaire
    Lire
  • Festival Hybrides 7 • DU 13 AU 28 MARS 2015

    Love and Revenge

    Rayess Bek et La Mirza

    Jeudi 26 mars 21h30 CDN hTH
    Lire
  • Festival Hybrides 7 • DU 13 AU 28 MARS 2015

    Caliban Cannibal

    Motus / Daniela Nicolò et Enrico Casagrande

    Vendredi 13 mars21h00 Domaine d'O / Théâtre d'O / Salle Paul Puaux
    Samedi 14 mars21h00 Domaine d'O / Théâtre d'O / Salle Paul Puaux
    Lire
  • Festival Hybrides 7 • DU 13 AU 28 MARS 2015

    Atlas Montpellier

    casaBranca / Ana Borralho et João Galante

    Jeudi 26 mars 20h00 CDN hTH
    Vendredi 27 mars 20h00 CDN hTH
    Lire

Edito

« Rien ne manque au triomphe de la civilisation.
Ni la terreur politique ni la misère affective.
Ni la stérilité universelle.
Le désert ne peut plus croître : il est partout.
Mais il peut encore s’approfondir.
Devant l’évidence de la catastrophe, il y a ceux qui s’indignent et ceux qui prennent acte, ceux qui dénoncent et ceux qui s’organisent » *

* Le Comité invisible in L’insurrection qui vient, La Fabrique éditions


Hybrides est du côté de ceux qui s’organisent. Les événements terribles de janvier ne font que renforcer notre conviction à défendre un théâtre qui parle de notre rapport au monde.
Un théâtre qui écoute toutes ces voix dissonantes de la République.
Un théâtre qui cherche des moyens de les représenter. De nous représenter.
Or le pays ne se sent plus représenté.
Les vies invisibles sur la photographie, prise de notre république, sont des vies diminuées, niées, implicitement méprisées. Et « L’invisibilité a un coût démocratique », nous dit Pierre Rosanvallon !
Hybrides veut rendre la parole, sortir de notre rôle passif de spectateur, éliminer toutes questions de pouvoir de celui qui raconte, qui organise la représentation.
Hybrides prône un théâtre qui n’est pas le lieu où se réunissent ceux qui savent mais ceux qui doutent.
Un théâtre qui n’est pas un outil de pouvoir de certains sur d’autres.
Un théâtre qui est l’expérience de la mise en commun.
Tenter de rendre lisible notre société par des spectacles, des rencontres qui redessinent les frontières entre spectateurs et artistes. Interroger notre représentation du monde en proposant au public d’être les sujets, les acteurs des spectacles. Jouer, échanger, écrire, regarder, mettre en commun, faire l’expérience d’un théâtre ouvert aux rencontres.
C’est ce que souhaite développer le festival Hybrides cette année.

Encore une année, Hybrides mélange des partenaires aussi variés que des commerces, des lieux d’art, des institutions, des cafés et des cinémas, tentant de faire se rencontrer des citoyens aux cultures très différentes, invitant chacun à s’exprimer pour pouvoir inscrire sa vie dans un récit collectif. C’est ce que nous propose les artistes portugais Ana Borralho et João Galante avec le projet Atlas en demandant à 100 Montpelliérains de participer à leur projet. La Hollandaise Emke Idema transforme le théâtre en jeux de rôle dans lequel certains spectateurs choisiront d’en être les protagonistes. Une quinzaine d’élèves montpelliérains de Première du Lycée Jean-Monnet encadrés par des professionnels se racontent, se jouant des frontières entre réalité et mensonge. Ces trois projets illustrent dans leur fondement le fil fushia d’Hybrides 7, la crise de la représentation.

Hybrides est du côté de ceux qui s’organisent pour rêver plus grand, pour construire ensemble une pensée ouverte à tous, émancipatrice de nos préjugés.

Julien Bouffier